dimanche 15 décembre 2013

The Sydney Morning Herald - 15 décembre 2013 [Traduction]

Dido raconte comment elle se détend

Dido Florian Cloud de Bounevialle O'Malley Armstrong, ou plus simplement, l'auteur-interprète londonienne Dido, a cumulé 30 millions d'albums vendus, s'est fait kidnappée dans le coffre d'une voiture par Eminem dans le clip de 'Stan', et a produit plusieurs tubes, dont 'Here With Me', en 1999, et 'White Flag', en 2003. Aujourd'hui, à l'âge tendre de 41 ans, elle sort son premier best of : un double album contenant de nombreux titres qu'elle préfère, ainsi que des collaborations avec Kendrick Lamar et Faithless.

Que faites-vous généralement 10 minutes avant un concert ?
Le trac me fait me précipiter aux toilettes, c'est malheureusement ce qui arrive juste avant un concert. Je m'échauffe, tout simplement, et j'aime être seule juste avant un concert, pour me concentrer, mais je n'ai pas de rituel particulier.

Et juste après un concert ?
Habituellement, j'ai très faim. Je n'aime pas manger juste avant de chanter, donc je n'ai en général pas mangé depuis très tôt dans la journée, donc après, je meurs littéralement de faim. Je trouve que, lorsque j'ai l'estomac plein, ma voix n'est pas aussi belle.

Quel sujet de conversation revient régulièrement avec vous ?
Probablement, mon enfant [son fils Stanley, âgé de 2 ans]. Lorsqu'on a un enfant, on finit par beaucoup en parler. La maternité vous change énormément. Par certains aspects, vous restez la même, mais tout votre monde tourne autour de lui, et c'est en fait très libérateur, et très relaxant, d'une certaine manière, parce qu'on cesse de s'inquiéter pour soi, et de se torturer pour des décisions minimes qui n'étaient, de toute façon, pas importantes.

Comment réagit-il à votre musique ?
Je chante pour lui depuis qu'il est tout petit, et avant qu'il s'endorme, tous les soirs, et même avant qu'il puisse parler correctement, il connaissait des mots qu'il avait entendus dans des chansons, et je pouvais ainsi savoir quelles chansons il voulait [que je lui chante]. Il y a deux soirs de ça, j'étais en train de lui chanter quelque chose, et il m'a dit : "Eteins ça." [rires] Il est complètement obsédé par les Wiggles [Ndlt : un groupe de musique pour enfants], c'est comme une drogue pour enfants. Il se réveille, le matin, et il dit seulement : "Wiggles". Il adore toutes leurs chansons et connait tous les gestes.

Qu'est-ce que vous avez ressenti en réalisant le best of ?
Lorsque la maison de disques m'a contactée et a annoncé qu'ils sortaient un best of pour Noël, j'ai répondu : "Vous faites quoi ?" Au début, j'ai été un peu surprise, et puis, je dois dire que je me suis tellement amusée à le faire, parce que c'est comme un journal intime des 15 dernières années de ma vie, compactées en un peu plus d'une heure. Pour moi, c'est une célébration très sympa et amusante de ma carrière jusqu'ici, et j'en suis fière.

Quel est l'événement le plus important de votre carrière à ce jour ?
Il y en a tellement. J'ai adoré faire le clip de 'Stan' [avec Eminem, en 2000]. C'était génial, ces choses précises qu'on ne peut pas voir se répéter. On n'aura plus la possibilité de les faire. C'était drôle, parce que, lorsqu'on m'a mise dans le coffre (je suis très maladroite, quoi qu'il arrive, et lorsqu'on est attaché, on l'est encore plus), j'ai fini par me cogner la tête contre un cric qui se trouvait dedans, donc je pleure réellement dans le clip. Ils ont dû penser que je jouais la comédie, ou quelque chose comme ça. Personne n'a arrêté le tournage, ils ont continué, et ma tête cognait. C'est ma seule et unique tentative de la méthode Actors Studio.

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez reçu ?
Mon frère [et collaborateur professionnel, Rollo Armstrong], m'a dit : "Quoi que tu sortes, assure-toi de toujours vraiment l'adorer, parce que, si tu réussis tout en gardant ton intégrité, alors ce sera génial." C'est vrai, parce que, lorsqu'on sort quelque chose, et qu'on en est satisfait, quoi que vous disent les gens, vous vous en fichez réellement. Rollo m'a aussi donné les pires conseils : "N'essaie pas de devenir chanteuse, tu n'y arriveras pas, ça ne se fera jamais." Ce conseil est aussi le meilleur qu'il ait pu me donner, parce que j'ai pensé : "Je vais te montrer, on verra bien qui va gagner ce pari." Il m'a donné la rage de continuer à mes débuts.

Si vous n'étiez pas chanteuse, que seriez-vous ?
Je ne sais pas, c'est terrifiant de penser à faire quelque chose d'autre. Je suis nulle pour la plupart des autres choses. Je suis très forte en pâtisserie, peut-être que j'aurais une petite pâtisserie et que j'y chanterais, de temps en temps, dans un coin. Je suis très forte pour la pâtisserie expérimentale et saine, je n'utilise pas de sucre ou de gluten. Certains des aliments que je prépare sont absolument dégoûtants, et mon pauvre époux [l'auteur Rohan Gavin]... Habituellement, il dit : "C'est un peu trop sain pour moi", mais Stanley aime ça.

Qui sont vos plus grandes sources d'inspirations artistiques ?
Wouah, il y en a tellement. Je suis une enfant des années 1980, donc je ne peux pas taire mon amour de Duran Duran, Paul Young et Spandau Ballet, tous ces gens qui, lorsque j'absorbais littéralement de la musique, étaient forcément là. Et puis, j'adore Carole King et Sinead O'Connor, et toutes ces femmes incroyables qui écrivent des chansons superbes. James Taylor et Neil Young, et la liste se poursuit encore. J'adore Police, j'étais une énorme fan de Police. Je dois dire que j'adore vraiment les années 1980, Foreigner et tous ces groupes.

Comment vous détendez-vous ?
Mon nouveau hobby est le footing, mais je suis complètement nulle. Sinon, il m'arrive souvent de me réveiller et de demander à Stanley : "Qu'est-ce que tu veux faire ?", et on monte en voiture, sans savoir où l'on va, et on part à l'aventure, quelque part. Ca a beau être un endroit que j'ai vu des milliers de fois, lorsque je le vois à travers ses yeux, c'est incroyable. En gros, passer du temps avec lui et mon mari est très relaxant. Ca, ou un bon verre d'alcool. [rires]

Le best of de Dido, chez Sony, est actuellement en vente.

Traduction de Dido France. Reproduction interdite.

The Sydney Morning Herald - 15 décembre 2013

How I unwind: Dido

Dido Florian Cloud de Bounevialle O'Malley Armstrong, or more simply London singer-songwriter Dido, has racked up 30 million album sales, been memorably kidnapped in a car boot by Eminem in the video for 'Stan', and scored multiple hits including 1999's 'Here With Me', 2003's 'White Flag'. Now, at the tender age of 41, she is getting her first Greatest Hits collection - a double-album featuring numerous favourites plus collaborations with Kendrick Lamar and Faithless.

What are you usually doing 10 minutes before a show?
Nerves send me running to the bathroom, that's what's happening annoyingly right before the show. I basically just warm up and I like to be on my own just before the show just to get my head straight, but there's no special ritual.

And right after a gig?
Usually I'm pretty hungry. I don't like eating just before I sing, so I wouldn't have eaten since really early in the day, so after I'd be absolutely starving. I just find that if I've got a full stomach, my voice doesn't sound as good.

What's a recurring topic of conversation for you?
Probably my kid [son Stanley, 2]. When you have a kid, you end up talking about them a lot. Motherhood changes you hugely. In some ways you're still the same but your whole world becomes about them, which is actually very liberating and quite relaxing in a way, because you stop worrying about yourself and torturing yourself about miniscule decisions that didn't really matter anyway.

How does he react to your music?
I've been singing to him since he was little and before he goes to sleep every night, and even before he could talk properly, he got certain words that he picked out of songs and I'd know what songs he wanted. Literally two nights ago, I was singing to him and he just went ''turn it off'' [laughs]. He's absolutely obsessed with the Wiggles, it's like baby crack. He wakes up in the morning and he's just like ''Wiggles'' - he loves all the songs and knows all the movements.

How does it feel putting the Greatest Hits collection together?
When the record company came to me and said we're putting your Greatest Hits out at Christmas, I was like "you're doing what?" At first I was a bit surprised, then I have to say I had so much fun doing it because it's a sort of diary of my last 15 years, all compressed into an hour or so. It's like a really nice fun celebration for me of my career so far, and I feel proud of it.

What's been the biggest career highlight to date?
There are so many. I loved making the 'Stan' video [with Eminem in 2000]. That was just brilliant, those certain unrepeatable things - you're just not going to get to do that again. It was funny because when I was put in the trunk - I'm quite clumsy anyway and when you're tied up you're more clumsy - I ended up hitting my head on a car jack that was in the boot, so I was actually crying in the video. They must have thought I was method acting or something. No one stopped filming, they kept going and my head was pounding. So that's my one and only attempt at method acting.

What has been the best career advice you've ever received?
My brother [and musical collaborator, Rollo Armstrong] said to me, whatever you put out, just always make sure you absolutely love it, because if you do well and keep your integrity, then it's amazing. It's right because if you put something out and you feel good about it, whatever anyone says, you genuinely don't care. Rollo has also given me some of the worst advice as well, "just don't be a singer, you're not going to make it, it's not going to happen". Again that advice is also the best advice he could have given me because I was like "I'm going to show you, let's see who wins that argument". So he gave me the fight to carry on in the early days.

If you weren't a singer, what would you be?
I don't know, it's terrifying to think about doing something else. I'm rubbish at most other stuff. I'm quite good at baking, maybe I'd have a little bakery and just sing in the corner of it occasionally. I'm quite good at experimental healthy baking - I don't use sugar and gluten. Some things I make are absolutely disgusting and my poor husband [writer Rohan Gavin] … usually his comment is ''it's a little too healthy for me'', but Stanley likes it.

Who are your greatest creative inspirations?
Wow, so many. I was a kid from the '80s so I can't ignore the fact that I just loved Duran Duran, Paul Young and Spandau Ballet - all of those people that when I was just really soaking up music definitely got in there. And then I love Carole King and Sinead O'Connor and just all those amazing women who write amazing songs. James Taylor and Neil Young, the list is endless. I love the Police, I was a huge Police fan. I have to say I just absolutely love the '80s, Foreigner and all of those things.

How do you unwind?
My new thing is running but I'm absolutely hopeless at it. Also, I often wake up and say to Stanley ''what do you want to do?'' and we just get in the car and don't know where we're going, and go on an adventure somewhere. It might have been something I've seen a thousand times, but then I see it through his eyes and it's brilliant. Basically, hanging out with him and my husband is pretty relaxing. That or a big drink [laughs].

Dido: Greatest Hits is out now on Sony.

(Source)

dimanche 8 décembre 2013

Express - 8 décembre 2013 [Traduction]

Qui est cette fille ? Dido parle de la maternité, de garder un profil bas et d'écrire des chansons

Vous vous souvenez de Dido, la chanteuse plusieurs fois disque de platine, interprète des hymnes du millénaire 'Thank You et 'White Flag' ? Elle est de retour, et toujours aussi énigmatique. Rachel Corcoran l'a rencontrée.

Vous ne trouverez pas de pop star plus terre à terre que Dido. Bien qu'elle reste l'une des artistes ayant vendu le plus de disques au monde, elle possède un remarquable talent pour passer inaperçue.

Prendre un peu de repos pour mettre au monde son fils âgé aujourd'hui de deux ans, Stanley, l'a aidée dans ce sens, mais Dido estime qu'elle a toujours mené une vie discrète. "C'est vraiment cool, sourit la chanteuse de 41 ans. Parce que mon visage n'apparaissait pas sur la pochette de mon premier et de mon troisième album, j'ai réussi à le garder caché. Pendant longtemps, les gens pensaient que j'étais un groupe suédois." Et lorsqu'on la reconnait, les fans, dit-elle, sont toujours adorables.

"C'est extraordinaire lorsqu'on se trouve quelque part dans le monde où l'on n'est jamais allé auparavant, et que quelqu'un vous approche et vous chante votre propre chanson. Je crois que l'occurrence la plus fortuite s'est produite alors que j'étais en Ethiopie avec Oxfam [Ndlt : une association caritative], et que le chauffeur a commencé à chanter 'Thank You'. C'était dément. Je me souviens aussi être allée dans un lieu minuscule en Thaïlande, et être passée devant une femme qui chantait l'une de mes chansons, au bar d'un hôtel. Dans ces moments là, on ressent une adrénaline, on n'arrive pas à appréhender entièrement jusqu'où cela s'est étendu. On se sent bienvenue partout, et tout ça grâce à la musique, ce qui est génial."

Dido a commencé à être remarquée en 1998, lorsque son premier single, 'Here With Me', a été utilisé comme musique du générique de la série de science-fiction américaine "Roswell". Puis son second single, 'Thank You', est apparu dans le film "Pile & face", avec Gwyneth Paltrow. Le premier album de Dido, No Angel, est sorti en 1999, mais c'est l'année suivante que sa carrière a été propulsée, lorsque 'Thank You' a été samplée par Eminem, dans le single du rappeur devenu un tube, 'Stan'. Soudain, sa musique touchait un tout autre public. No Angel a été réédité en 2001, et reste, avec son second album, Life For Rent, l'un des disques les plus vendus au Royaume-Uni.

Combien doit-elle a Eminem, alors ?

"Oh, beaucoup, concède-t-elle. 'Stan' était complètement inattendue. Je me souviens l'avoir entendue la première fois, alors que j'étais dans une chambre d'hôtel, à New York, et m'être dis : 'Wouah, c'est génial'. J'étais tellement époustouflée par le rap du morceau. Je m'en sortais bien aux Etats-Unis, quoi qu'il arrive, donc je pensais que les choses iraient bien, mais ça a pris une proportion gigantesque à ce moment là. Ma vie a changé à 100%."

Mais Dido est restée la même, de façon remarquable. Comment y parvient-elle ?

"Je n'ai jamais vraiment lutté avec la célébrité, peut-être parce que je ne l'ai jamais cherchée", résonne-t-elle, en précisant qu'elle a gardé tous ses vieux amis à travers les années, mais "[s'en est] fait beaucoup de nouveaux, également".

Quelques uns de ces amis occupent des postes très bien placés. En plus de sa collaboration avec Eminem (ils se sont retrouvés sur scène lors du festival de Reading et de Leeds, cette année), Dido a fait équipe avec des gens tels que Annie Lennox, Brian Eno et Sting ("J'étais en admiration. J'étais une énorme fan de Police, et il a été vraiment cool"). Mais l'un des temps les plus forts de sa carrière, dit-elle, a été de travailler avec son frère aîné, Rollo.

Producteur de musique et l'un des membres fondateurs du groupe Faithless, il a aussi fortement contribué au catalogue de sa sœur au cours des années, en coécrivant et en produisant des chansons sur tous ses albums.

"Travailler avec mon frère a été merveilleux, dit-elle, rayonnante. Nous avons eu nos disputes, mais toujours à propos de la musique, et jamais pour autre chose. Nos valeurs sont très similaires, et nous aimons la même musique. Nous nous sommes rapprochés, toujours un peu plus."

Née Florian Cloud de Bounevialle Armstrong, le jour de Noël 1971, la fille qui deviendrait Dido a eu la chance de baigner dans un environnement créatif dès le début. Son père, William, dirigeait la maison d'édition Sidgwick & Jackson, tandis que sa mère, Clare, est poète. Et il semble que la tradition artistique des Armstrong va continuer sur sa lancée. L'époux de Dido depuis trois ans, Rohan Gavin, est un scénariste et romancier, tandis que le petit Stanley se joint déjà aux répétions du groupe de sa maman.

"Il est obsédé par la batterie et son clavier. Il marche en le transportant partout où il va, et il se met à en jouer inopinément, rit-elle. Il adore quand les gars viennent répéter, et il croit vraiment qu'il fait partie du groupe, maintenant. Il adopte un visage sérieux et il tape sur la batterie et sur les cymbales pendant qu'on joue. Je ne sais pas où il a appris à faire ça, mais il ne laisse personne d'autre que lui toucher à sa batterie : c'est sa possession matérielle la plus précieuse."

Dido avoue qu'avoir un enfant a affecté sa manière d'écrire des chansons, et qu'en tant que parent, elle cherche désormais des sources d'inspiration différentes.

"Je suis en train d'écrire un album de chansons inédites, et il m'a fallu un bon moment pour m'y remettre après la naissance de Stanley, parce que je m'étais tellement concentrée sur lui et sur mon mari", révèle-t-elle.

"On s'investit tellement dans les menus détails de la vie quotidienne, et à être une famille, ce qui est très important pour moi. Et puis, pendant longtemps, vous avez la tête pleine de comptines pour enfants, et ce n'est pas de ça que vous voulez parler dans vos chansons."

La chanteuse a aussi été occupée par l'assemblage de son best of, une compilation de 18 titres recouvrant sa carrière plusieurs fois décorée de disques de platine.

"Je n'ai jamais vraiment regardé en arrière, avant, parce que j'écris constamment des nouvelles chansons, et je vais de l'avant, dit-elle. Donc ç'a été très émouvant de travailler sur l'album. Les souvenirs sont revenus en masse : je me souviens de tout ce qui entoure chaque chanson que j'ai écrite, même la tenue que je portais à l'époque. L'album est aussi dans l'ordre chronologique, donc ça ressemble à une journal intime fou de 15 ans, résumé en une heure et dix minutes."

Elle concède que l'industrie musicale a beaucoup avancé à cette époque, et qu'en grande partie, elle est contente de ne pas débuter de nos jours.

"Ca a énormément changé, aussi bien en bien qu'en mal, estime-t-elle. J'ai eu tellement de soutien de la part de ma maison de disques, et j'ai vraiment pu construire mon assurance. La même patience n'existe plus, aujourd'hui : les gens doivent réussir plus rapidement, mais en même temps, c'est génial qu'il soit possible d'écrire une chanson, la mettre sur Internet, et que le jour suivant, les gens l'entendent. C'est complètement libérateur."

Que pense-t-elle alors des nombreux télé-crochets actuels ?

"On peut trouver un excellent chanteur partout, dit-elle. Vous pouvez très bien passer devant quelqu'un qui joue dans la rue, ou voir quelqu'un dans 'The X Factor' ou dans une pub, et le trouver formidable. L'essentiel c'est que, si quelqu'un vous donne des frissons et vous émeut, alors il vaut la peine d'être écouté."

Dido a servi de mentor plus tôt cette année, dans "The Voice" (un rôle qu'elle reprend avec plaisir), mais vous ne la trouverez jamais parmi les membres d'un jury.

"Pour moi, la musique n'est pas une compétition, donc je trouve que le concept qui veut que l'on juge est très étrange", admet-elle.

"J'ai vraiment aimé être mentor dans 'The Voice' : les participants étaient excellents et c'est un gros défi. Je me disais : 'Seigneur, je ne pourrais pas faire ça !' Je ne pense pas que j'aurais eu l'assurance nécessaire pour chanter en direct à la télé devant autant de gens, et je suis en complète admiration devant quelques uns des incroyables artistes que j'ai rencontrés, qui sont si jeunes mais complètement posés."

Il est probable que l'on voie d'avantage des talents de Dido en coulisses : elle a déjà écrit des chansons pour de multiples artistes, dont Britney Spears, et révèle qu'elle aimerait le faire encore alors qu'elle avance dans la vie.

"J'adore travailler avec la voix d'autres personnes, explique-t-elle, et j'ai toujours envie d'écrire une meilleure chanson. Lorsque je me réveille, ce sera toujours présent dans mon esprit. Mais Stanley passe en premier, c'est aussi simple que ça."

Dans cette optique, elle se concentre en ce moment sur la préparation d'une réunion familiale festive. "Tout le monde sera là pour Noël, dont les cousins, et c'est la première année où Stanley comprendra ce qui se passe. Il est déjà excité, même si je ne crois pas qu'il réalise que c'est aussi l'anniversaire de sa maman. Il lui faudra quelques années. Mais je suis impatiente. Tout semble bien plus excitant et plus agréable lorsqu'on a un bébé."

Le best of de Dido est disponible. Visitez www.didomusic.com pour connaitre les détails.

Traduction de Dido France. Reproduction interdite.